Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







La mode féminine à Montréal, au 19e siècle

Par Jacqueline Beaudoin Ross

L'importante collection de costumes du Musée McCord se compose uniquement de pièces portées ou fabriquées au Canada et le vêtement montréalais y occupe une place prépondérante. Elle est particulièrement remarquable en ce qui a trait au costume féminin en vogue au siècle dernier. Les portraits réalisés au dix-neuvième siècle dans l'atelier montréalais de photographie de William Notman viennent l'enrichir de façon incommensurable. Les plus anciennes des photographies datées remontent à 1861. Cette collection photographique, propriété du Musée, représente une ressource inestimable pour l'étude de la mode vestimentaire en Occident.

Formes et mode

Au 19e siècle, le rythme des changements imposés par la mode fut suffisamment rapide pour produire une grande variété de silhouettes intéressantes, souvent spectaculaires et ce, sur moins d'un siècle. La vitesse croissante à laquelle ces changements se produisaient était reliée à l'apparition d'une nouvelle société de consommation constituée de bourgeois cherchant, par leur tenue vestimentaire, à se distinguer des moins fortunés et à assurer leur position. Sont également à l'origine des caprices de la mode la vente de plus en plus répandue de vêtements fabriqués en série et l'amélioration générale des communications, incluant la prolifération de gravures et de chroniques de mode dans les magazines et les journaux. Au dix-neuvième siècle en Occident, l'essence même de la mode était son évolution constante.

Tendances et gravures de mode

Au 19e siècle, il semble que les Montréalais étaient extrêmement élégants. La « dame » du milieu du dix-neuvième siècle représentée dans les portraits photographiques du studio Notman était assurément très à la mode. En outre, le délai entre la publication d'une gravure européenne et sa reproduction à Montréal était généralement court, surtout au milieu du dix-neuvième siècle. Chose certaine, il n'était pas aussi long qu'entre la parution d'une gravure européenne et sa reproduction aux États-Unis. La mode d'ici pouvait être à la fine pointe, sinon à l'avant-garde de la mode.

Cela semble le résultat naturel des liens étroits qui unissaient le Canada à l'Europe. Au dix-neuvième siècle, les relations économiques avec l'Angleterre étaient particulièrement solides, puisqu'elles s'étaient instaurées immédiatement après la dissolution de la Nouvelle-France. Les textiles étaient alors importés de façon massive et une grande quantité des biens importés à Montréal étaient britanniques. Les tissus utilisés provenant d'Angleterre, il était logique que les gravures de mode anglaises servent plus fréquemment de source d'inspiration que les américaines. Ce n'est que plus tard que les Montréalais ont démontré un intérêt particulier pour la mode en vogue aux États-Unis, par opposition à la mode européenne.

L'existence à Montréal de gravures de mode françaises, sous la forme d'épreuves originales ou de reproductions, a permis aux Montréalais d'être davantage au fait des derniers caprices de la mode. L'acceptation probablement empressée de ces nouveaux styles, particulièrement par la population francophone sûrement aussi consciente de la mode que la population parisienne, a donc contribué à hisser Montréal au rang des capitales de la mode.

 

Source : Catalogue d'exposition Formes et modes. Le costume à Montréal au XIXe siècle
Musée McCord, 1992

RÉFÉRENCES

Boucher, François. 20, 000 Years of Fashion: The History of Costume and Personal Adornment, New York, Harry N. Abrams, Inc., n.d.

Boucher, François. Histoire du costume en Occident de l'Antiquité à nos jours , Paris, Flammarion, 1965.

Collard, Eileen. Clothing in English Canada : circa 1867-1907, Burlington, Ontario, Eileen Collard, 1978.

Cunnington, C. Willett et Phillis Cunnington. Handbook of English Costume in the Nineteenth Century, 2e éd., Londres, Faber and Faber Limited, 1966.

Gaudriault, Raymond. La gravure de mode féminine en France, Paris, les Éditions de l'Amateur, 1983.

Gernsheim, Alison. Victorian and Edwardian Fashion : A Photographic Survey, 2e éd. rév., New York, Dover Publications, 1981.

Ginsburg, Madeleine. Victorian Dress in Photographs, New York, Homes and Meier Publishers Inc., 1983.

Voir le sommaire 

Voir tous les artefacts (96)